Comment répondre aux expériences douloureuses des patients ?

Au terme de décisions économiques et gestionnaires, apparaissent souvent dans le champ de la santé des événements d’une exceptionnelle intensité affective tels que des rémissions, des naissances, des décès ou encore des séquelles irréversibles. Ces évènements impliquent des décisions, à la fois individuelles et collectives. La prise en compte de cette réalité, notamment lorsqu’elle est dramatique, n’est pas l’affaire exclusive des professionnels de santé. Ils travaillent conformément à des normes et orientations qui sont largement définies, voire contraintes, par les juristes mais également les économistes et les gestionnaires. Ces derniers mobilisent des modèles et des outils d’évaluation de l’action en santé et des préférences en santé. En outre, la médiatisation croissante de la souffrance intime des patients, qui s’offre de plus en plus au regard des caméras, interroge sur le rôle et l’influence de ce nouvel acteur, les « médias », qu’il est devenu impossible d’ignorer.

Une journée est donc proposée aux étudiants de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion, notamment des Masters 2 Economie de la santé et Management des établissements de santé, Elle est également ouverte à tout public, avec inscription obligatoire auprès de Madame Jennifer Scappaticci (Jennifer [dot] scappaticci [at] u-pec [dot] fr) avant le 10 février.

La journée est centrée sur les questions suivantes : • Est-il souhaitable et possible que les outils « froids » de l’économie ou de la gestion en santé (évaluation médico-économique, tableaux de bord,...) prennent en considération et mesurent la charge affective vécue par les patients ? Comment tenir compte de la qualité de vie dans ces situations extrêmes ? • Comment appréhender en tant qu’économiste ou gestionnaire en poste dans un établissement ou dans une agence sanitaire la réalité clinique souvent douloureuse ? • Comment ces lieux de décision et d’évaluation peuvent-ils aider les professionnels en lien direct avec les patients et leur famille ? • Quels rôles peuvent jouer en la matière l’éthique et les dispositifs déployés en son nom ? • Comment éviter de réduire l’action managériale dans ce domaine à la seule gestion des risques que font peser les cours de justice et les caméras sur les directions d’établissement ? Organisation de la journée • 9h00 – 10h45 : présentation du film aux étudiants • 11h15 – 12h30 : analyse du film par les étudiants • 14h00 – 15h00 : rencontre et discussion avec le réalisateur • 15h15 – 17h00 : table ronde sur les thèmes suivants : o « La cause des patients dans la décision managériale » o « La décision médicale partagée en matière de fin de vie à l’épreuve des rationalités et préférences individuelles et collectives »

En présence du réalisateur et avec les participations de Martine Orio, (D.G, CHU H. Mondor), Eric Guyader (Directeur, C. H. Beauvais), Cédric Tcheng (ancien directeur d’établissement), Sandrine Baffert (économiste), Jean-Claude K. Dupont (philosophe).

Comité d’organisation : Thomas Barnay, PU Economie Mathias Béjean, MCF Gestion Jean-Paul Dumond, MCF-HDR, Gestion Yann Videau, MCF, Economie

shadow
Imprimer cette page